google Story

Publié le par Kaktus

Je viens de terminer ce bouquin qui retrace la naissance et l'expansion incroyablement rapide de Google.
Un exemple typique du rêve américain et de la réussite grâce à la liberté d'entreprise.

On doit la naissance et la fulgurante expansion de Google à deux jeunes étudiants en informatique, Larry Page et Sergey Brin. Leur idée de départ est simple : proposer un moteur de recherche performant qui indexe les sites selon leur popularité (le fameux PageRank) en analysant les relations et les liens entre les sites web plutôt que de se baser sur la répétition d'un terme sur une page. De cette manière, les résultats les plus pertinents sont toujours en tête de liste.
Deuxième challenge : télécharger l'intégralité d'Internet. Pour stocker les pages, les deux étudiants ont commencé tout simplement à assembler les disques durs d'ordinateurs bon marché.

Google doit son nom à une faute d'orthographe. Le mathématicien A.Kasner cherchait à nommer le nombre 1 suivi de 100 zéros, il demanda à son neveu de l'aider et le gamin lui proposa "Googol" qui a été transformé en Google.

Le moteur de recherche est rapidement devenu populaire dans le milieu des étudiants et en 1999 il était disponible sur la toile.

Je me souviens très bien de ma "première fois" avec Google :O) Coup de foudre immédiat ! Page d'accueil sobre avec un logo colorié aux feutres, pas de banderoles clignotantes, pas de pubs défilantes...
Parce que Google c'est aussi ça : une gestion de la pub innovante. Les pubs apparaissent à droite sur la page des résultats selon le mot recherché, sous forme de liens, bien séparés du reste.

Brin et Page avaient une optique de départ qu'ils ont tenté de garder même quand ils se sont agrandis : ne jamais cesser d'innover !
Pour cela, ils ont créé un environnement de travail idéal : le Googleplex. Les employés y sont nourris gratuitement, ils bénéficient de soins sur leur lieu de travail, peuvent emmener leur chien au boulot, faire du sport dans l'enceinte du complexe, ... Et la cerise sur le gâteau : ils peuvent consacrer un jour par semaine à travailler sur un projet personnel qui les passionne, une autre façon pour leurs patrons de pouvoir ensuite développer de nouveaux concepts.
D'autres photos du Googleplex ici

Une ombres au tableau : la gestion de la vie privée des internautes. Google aurait conservé à des fins publicitaires l'intégralité des recherches effectuées depuis 1998... Il y a quelques jours, la firme a d'ailleurs annoncé avoir effacé ces données (sous la pression) et déclaré que dorénavant, les données ne seraient gardées que pendant 18 mois.
Leur système de publicité est leur principale source de revenus et pour Brin et Page, ce n'est pas une violation de la vie privée, mais une façon de mieux servir l'internaute.
Personnellement, je n'ai pas ouvert de compte GMail. Un robot analyse les mots des messages pour afficher de la pub ciblée. Même si c'est un robot qui lit mes messages, j'apprécie moyen...

Il faut toutefois reconnaître aux deux fondateurs d'avoir gardé le même idéal, à savoir organiser toute l'information du monde et la rendre universellement accessible et gratuite.
Un de leur projet est actuellement de scanner les pages de 15 millions de livres tombés dans le domaine public.

Faut-il avoir peur de Google ? C'est la question qui agite le monde d'Internet. Google est devenu incontournable. Outre son moteur de recherche, il propose de nombreux autres services intéressants : Google Earth, Desktop, Toolbar, Picasa, etc. Ces programmes sont efficaces et gratuits.

A l'internaute de garder l'oeil ouvert et de ne pas jurer QUE par Google...

Publié dans Google mania

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bulle 26/11/2007 13:20

Dans les extension et autres inventions googeuliennes, je pense à www.netecolo.com, un conseil écolo par jour (mais j'ai abandonné, ça tourne un peu en boucle), ou encore www.blackle.com (moteur de recherche sur fond noir, pour économiser de l'énergie... reste à savoir si le temps qu'on passe dessus est assez important pour troquer ce bon vieux google, qui lui, a sa version française!).